Île de Chiloé : Ancud et Puñhuil

Après ces quelques jours de croisières inoubliables, nous nous dirigeons vers la deuxième plus grande île d’Amérique du Sud, la première étant la Terre de Feu. Nous arrivons à Ancud vers le Nord de l’île. Nous passons l’après-midi à flâner dans le jardin dans l’auberge de jeunesse, à papoter avec les gérants et les occupants, à faire quelques courses et à découvrir la ville. On en profite pour déguster de succulents jus de fruits préparés devant nos yeux avec des fruits frais. On a même noté les recettes pour les refaire à la maison ! En revenant de notre balade, nous en profiterons pour faire du pain que nous partagerons avec quelques autres résidents présents. On n’en peut plus du pain du mie 😉

Le lendemain, grasse matinée. Le petit-déjeuner sur le bateau était à 8h du matin et avec les films documentaires du soir, les enfants étaient en manque de sommeil. A 12h40, nous partons avec un guide à Puñhuil pour observer les manchots. Grand ciel bleu, on se dit de nouveau qu’on a beaucoup de chance ! On arrive à Puñhuil, on monte sur un bateau et là on découvre deux colonies de manchots : les Humboldt (une seule rayure noire sur le ventre) et les Magellan (deux rayures noires sur le ventre). C’est le seul endroit au monde où l’on peut voir ces manchots. Ils sont assez petits, environ 70 cm (les Humboldt quelques centimètres de moins). Ils viennent de novembre à mars faire leur nid, en hauteur, pour leurs petits. Ils font deux œufs généralement que le mâle et la femelle couvent à tour de rôle. C’est aussi le moment où ils changent de pelage. Cela dure 3 semaines et pendant ce temps-là, ils ne mangent pas.

C’était vraiment chouette de voir ces oiseaux ! Nous avons aussi la chance de voir de nouveau des dauphins chiliens que nous avions déjà vu sur le bateau. Ces dauphins, contrairement au dauphin commun, est plutôt imide et ne se montre généralement pas beaucoup. Nous avons vu une loutre et une otarie qui se reposaient au soleil. Bon bref… on a été gâté ! Sans compter un nombre impressionnant d’oiseaux dont plusieurs espèces de Cormoran.

Le saviez-vous ?

Chiloé constitue un monde à part, une région d’une personnalité et d’une culture singulières, issues de la rencontre entre les ethnies indigènes et les colons espagnols. Le bois est le matériau qui permit le développement de la culture de l’île. Depuis l’époque préhispanique, ce matériau conditionne la vie des habitants de la région. C’est en bois que sont construites les maisons, en bois que sont façonnés les outils, les serrures, en bois encore qu’était pavé le chemin qui reliait, au XIXe siècle, les villes d’Ancud et de Castro. C’est dans ce monde que s’inscrivent les églises et les chapelles de Chiloé, un des ensembles architecturaux le plus important du Chili. On dénombre une centaine d’églises appartenant à « l’école de Chiloé ».

A l’auberge de jeunesse
A la pinguinera pour aller voir les manchots
Les manchots !
L’espèce de canard d’eau salée la plus grosse au monde.
Une otarie en plein bain de soleil
Une loutre vient nous dire bonjour.
Au retour, on partage la route avec des vaches !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.