Pablo Neruda :  » Ah ! si seulement avec une goutte de poésie ou d’amour nous pouvions apaiser la haine du monde ! « 

Aujourd’hui, nous sommes allés visiter une des trois maisons de Pablo Neruda (1904-1973) à Isla Negra (qui n’est pas une île d’ailleurs mais un petit village). La maison est magnifique, la vue époustouflante. C’est ici, face à l’océan pacifique, qu’il est enterré avec son épouse Mathilde.

Mes compagnons, enterrez-moi à l’Ile Noire, face à la mer que je connais, face aux âpres surfaces de pierre et de vague que mes yeux perdus ne reverront jamais. (…)

Nous avons adoré les nombreuses collections qu’avait Pablo : des collections de maquettes de bateaux en bouteille, aux figures de proue de navire, aux masques africains, aux barres de bateaux… jusqu’à sa collection (sa préférée a-t-il précisé), celle des coquillages ! Les enfants ont adoré !

Il n’y a pas de photos de tout cela car c’était interdit d’utiliser appareil-photos et caméras à l’intérieur. Seulement des photos de l’extérieur 😉

Demain, nous prenons le bus direction Mendoza en Argentine. Nous en profiterons pour apprendre un de ses poèmes 😉

Quelques infos sur Pablo Neruda, poète chilien : Il commence à publier vers 19 ans. Il devient rapidement célèbre dans son pays. Il entre, à la fin de ses études, au service diplomatique et vit pendant quelques années hors du Chili. Il connait Frederica Garcia Lorcas (poète espagnol 1898-1936) qui est un de ses amis. En défendant la République espagnole (il est alors Consul en Espagne) lors du putsh de Franco, Pablo Neruda est révoqué. En 1949, Neruda est devenu membre du Conseil Mondial de la Paix à Paris. En 1953, il obtient le Prix Staline « pour la paix » et en 1955, en même temps que Pablo Picasso, le Prix international de la paix. Il rencontre la femme de sa vie (sa troisième femme), Matilde Urrutia qui l’inspire pour des poèmes d’amour. En 1969, le parti communiste le désigne comme candidat à l’élection présidentielle, mais Neruda renonce en faveur d’Allende comme candidat unique de l’Unidad Popular. Après l’élection d’Allende, Neruda accepte le poste d’ambassadeur en France. Le 21 octobre 1971, Pablo Neruda obtient, après Gabriela Mistral en 1945 et Miguel Ángel Asturias en 1967, comme troisième écrivain d’Amérique Latine, le Prix Nobel de littérature. Le Coup d’État du 11 septembre 1973 au Chili renverse le président élu, Salvador Allende. La maison de Neruda à Santiago est saccagée et ses livres jetés au bûcher. Le poète et homme politique meurt, 12 jours plus tard, le 23 septembre 1973, officiellement d’un cancer de la prostate.

« Et ce fut à cet âge… La poésie
vint me chercher. Je ne sais pas, je ne sais d’où
elle surgit, de l’hiver ou du fleuve.
Je ne sais ni comment ni quand,
non, ce n’étaient pas des voix, ce n’étaient pas
des mots, ni le silence:
d’une rue elle me hélait,
des branches de la nuit,
soudain parmi les autres,
parmi des feux violents
ou dans le retour solitaire,
sans visage elle était là
et me touchait.

Je ne savais que dire, ma bouche
ne savait pas
nommer,
mes yeux étaient aveugles,
et quelque chose cognait dans mon âme,
fièvre ou ailes perdues,
je me formai seul peu à peu,
déchiffrant
cette brûlure,
et j’écrivis la première ligne confuse,
confuse, sans corps, pure
ânerie,
pur savoir
de celui-là qui ne sait rien,
et je vis tout à coup
le ciel
égrené
et ouvert,
des planètes,
des plantations vibrantes,
l’ombre perforée,
criblée
de flèches, de feu et de fleurs,
la nuit qui roule et qui écrase, l’univers.

Et moi, infime créature,
grisé par le grand vide
constellé,
à l’instar, à l’image
du mystère,
je me sentis pure partie
de l’abîme,
je roulai avec les étoiles,
mon cœur se dénoua dans le vent. »

Endroit magnifique !
L’arrêt de bus bateau pirate !
Un restaurant bateau pirate !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *